Chrystèle Lerisse et le mystère du point noir

Bon, je suis planté devant une série de photographies de Chrystèle Lerisse[1]. On a déjà beaucoup et très heureusement écrit sur l’œuvre de Lerisse, et bien mieux que je ne saurais le faire ici ; ainsi, pour le béotien campé au milieu de la foule qui se presse au vernissage (moi, donc), la photographie de Lerisse se résume ainsi : proposition standardisée au service exclusif de l’Essence. Au dehors, c’est carré, petit, argentique, monochrome noir & blanc ; en dedans, c’est l’univers en expansion sur le plancher des vaches. L’un n’existant pas sans l’autre, c’est l’expérience sensible de la non-dualité au secours de la méditation photographique.

Les photographies que Lerisse nous donne à voir, dans toute leur finesse de tons et leur netteté floue (ou l’inverse), ne sont pas exemptes de caractérisation. Bien que l’on soit ici loin de l’hypotypose, l’artiste nous prend doucement par la main pour nous aider à franchir les portes de la Nature des choses. Il n’y a pas de heurt dans les photographies de Lerisse, on y chemine sans bruit en un espace infini. Sauf que… Continuer la lecture de « Chrystèle Lerisse et le mystère du point noir »

Notes arlésiennes, 2022

Claude-André Farigoule : « Buste d’Arlésienne », 1924 (musée Réattu, Arles)

En juillet, les rues d’Arles consacrent le port du bermuda et de la sandale pour les hommes, la robe chemise, droite ou longue pour les femmes, ici assortie de sandales à bride ou spartiates, avec ou sans talon. La semaine d’ouverture des Rencontres voit cette tenue vestimentaire complétée par un accessoire de type appareil photo, négligemment porté en bandoulière ou sur le ventre. En bandoulière, le modèle digital et plutôt réflex ; sur le ventre, le modèle digital de luxe à télémètre ou le modèle analogique bi-objectif. On remarque rapidement le port fréquent du petit sac à dos noir dont on extrait avec dextérité l’ordinateur portable qui permettra de montrer quelques images à un expert, reconnu ou autoproclamé, auprès duquel on pourra glaner quelques conseils pour, un jour à n’en pas douter, prendre sa place. En juillet, pendant la semaine d’ouverture des Rencontres, dans les rues d’Arles, on parle anglais (énormément), italien (souvent), espagnol, allemand (parfois), et on y chuchote en japonais. Continuer la lecture de « Notes arlésiennes, 2022 »